Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

jeudi 9 mars 2017

On révise un peu les bases de l'histoire de la reliure? 13.

Les premières reliures en maroquin en France se généralisent à partir de 1536 et les accords entre la France et l'Empire ottoman, également avec les échanges durant les guerres d'Italie.
Les importations étant malgré tout très chères, la fabrication se fait également en France, dans la région de Montélimar.
Source Roger Devauchelle.
Je n'ai pas trouvé de lien entre l'histoire d'une tannerie à Montélimar et l'Italie ....
mais on consultera ce document peut être à propos


:



Au 16ème siècle la reliure ordinaire est incontournable pour les érudits plus ou moins fortunés.

Imprimeurs libraires éditeurs artisans et artistes du livres et autour forment des corporations liées.

Les cartons en défets apportent finesse et élégance.
Avec les échanges avec l'Italie, le Levant, on assimile bien le fait qu'il y a un foisonnement culturel et commercial.
La technique des grecques, importées par les grecs venus travailler à Venise
chez les Alde .

Le
fils d'Alde Manuce sous le titre Aldi Filii fera paraître la première fois en 1552 une édition grecque de ce même livre. Le nom d'Alde Manuce est une grande source de plaisir dans le monde de la bibliophile, vénitien, époque de François Premier ... le cahier des charges de la reliure change grâce à cet imprimeur.
La littérature sur cette famille d'imprimeur éditeur est nombreuse.
http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuce-les/
(https://restaurationlivreatroo.blogspot.fr/search/label/L%27Aldi%20Neacademia)

http://memoirevive.besancon.fr/?id=167


La sobriété.



C'est par ces échanges entre érudits, collectionneurs, ambassadeurs de François Premier que se matérialisera un cahier des charges pour la confection de reliure protégeant le savoir et la mémoire au 16ème siècle que nous avons toujours aujourd'hui en admiration.

Et pour savoir comment étaient composés les ateliers qui ont laissé ces reliures, à Paris, à Fontainebleau, à Lyon, à Blois, il faudra aller chercher dans les minutes des notaires, inventaires après décès.


https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/mm/media/download/FRAN_ANX_008010.pdf

La veuve de Pierre Roffet:  Jeanne Cassot.
.

 
 
 
Reliure de Charles IX.
Maroquin.
 
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.
Adhérez au blog pour les éditer!
Les commentaires anonymes sont supprimés, je ne donne pas de prix par mail anonyme, ni ne fait de devis!
Vous trouvez mes coordonnées là:
http://www.restaurationlivreatroo.fr/

Améliorations, suggestions interrogations, je réponds !