Le blog change un peu de physionomie ... sur le côté, les libellés et des liens en relation avec l'atelier.
Tout en bas, les liens vers les blog-amis et les étapes de la reliure, les principes déontologiques de restauration.
Ce blog se veut un outil pratique regroupant tout ce qui peut être utile à notre métier.
N'hésitez pas à dérouler tout en bas et à commenter...

vendredi 1 juillet 2022

Horace. 5 . Bibliographie horatienne.

 Dans cette cinquième partie, nous poserons la question de savoir pourquoi Horace fut autant édité?

The Odes & Epodes of Horace : Horace : Free Download, Borrow, and Streaming : Internet Archive

Il faut aller chercher dans cet article où il est dit en substance que la poésie d'Horace inspirée de sa culture grecque, mais jamais copiée ou plagiée.
Il est d'une grande influence pour les latins.
Chaque siècle le fait sien pour ses qualités satiriques de poète délicat ou de morale classique.

HORACE, MON AMI. — II - Revue Des Deux Mondes

-65 av. J.-C. : Naissance d'Horace - Revue Des Deux Mondes


Il oscille entre légèreté et gravité, puisant ses sources dans le lyrisme grec.
Cet article en parle très bien.
Les Odes I, 36 et I, 25 d’Horace : des « poèmes modèles » - Persée (persee.fr)

On peut aussi mettre en regard son écriture sur son expérience en regard de celle de Montaigne, qui part de son expérience pour trouver une forme de sagesse.

La présence de la fête me fait penser aux scènes de banquet dans les arts en général.
Les Festins dans l’Art. – La Balancoire de Fragonard (wordpress.com)

Toutes ces informations font petit à petit comprendre l'importance d'Horace largement oublié au 21ème siècle, je crois.

Ici: un lien vers une bibliographie horatienne.

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 - Bibliographie horatienne (en cours) (univ-paris3.fr)



The Odes & Epodes of Horace : Horace : Free Download, Borrow, and Streaming : Internet Archive

A suivre ...











dimanche 19 juin 2022

Horace. 4 .

Les éditeurs imprimeurs Desaint et Saillant. 

En se reportant dans les notices BNF, on trouve:

-Libraire. - Natif de Paris, contrôleur des rentes.
En juillet 1735, dit alors âgé de 18 ans et orphelin de père, il entre en apprentissage pour 4 ans chez le libraire parisien Jean Desaint, dont il sera l'associé après sa propre réception à la maîtrise le 14 juin 1740.
Gendre (nov. 1745) de l'imprimeur-libraire Jacques Vincent.
Membre de la Compagnie des usages de Paris et de la Compagnie de Trévoux.
D'après l'"Historique des libraires..." de l'inspecteur Joseph d'Hémery, il est "fils d'un procureur de Paris" et âgé de 35 ans à la date du 1er janv. 1752.
Élu consul en janv. 1769 et juge-consul en janv. 1779.
Administrateur des Petites-Maisons et de la Trinité. Décédé à Paris en janv. 1786

En association avec Jean Desaint de 1740 à 1764 (après juillet),
puis avec son gendre Jean-Luc III Nyon à partir de 1768

 

Adresse : Paris (1740-1786), Rue Saint-Jean-de-Beauvais (, vis-à-vis le collège)
[1740-1777] ;
Rue du Jardinet [1779-1786]

******




 
-Actif à Paris de 1720 à 1773? - Adresses: [1720-1766] Rue Saint-Jean-de-Beauvais
 
(vis-à-vis le collège). - [1768] Rue du Foin
(-Saint-Jacques, la première porte cochère à droite, en entrant par la rue Saint-Jacques)
 
Ne pas confondre avec: Desaint, Nicolas (1731?-1771), également associé à Charles Saillant,
actif à Paris de 1759 à 1771.
- Adresses : [1764] Rue Saint-Jean-de-Beauvais ; [1766-1771] Rue du Foin (-Saint-Jacques)
 
Libraire. Originaire de Guignecourt-lès-Beauvais (Oise).
Précepteur au collège de Beauvais, puis professeur à l'université de Paris.
Reçu maître en juin 1720 comme libraire juré ;
admis dans la communauté en vertu de l'arrêt du Conseil du 20 déc. 1725.
Membre de la Compagnie des usages et de la Compagnie de Trévoux.
L'"Historique des libraires" de l'inspecteur d'Hémery le dit âgé de 60 ans au 1er janv. 1752.
Se retire quelques années avant sa mort et cède son fonds à son neveu Nicolas Desaint.
À partir de 1740, et jusqu'en 1764 (après juillet),
travaille en association à Paris avec Charles Saillant qui a été son apprenti.
Entre 1741 et 1758 env., publie des livres d'usage du diocèse de Beauvais
en association avec son frère puiné François Desaint (1694-1761),
libraire à Beauvais, sous la raison "Frères (ou : Fratres) Desaint"

Desaint & Saillant (idref.fr)



















Imprimeur-libraire. Né à La Charité-sur-Loire, fils de bourgeois de Paris.
Entré en apprentissage en nov. 1739, dit alors âgé de 17 ans;
reçu libraire en avril 1749 et imprimeur en oct. 1758.
Dans son "Historique des libraires", l'inspecteur d'Hémery le dit âgé
de 32 ans au 1er janv. 1752 et le soupçonne d'être le fils de Voltaire.
Gendre en premières noces (nov. 1752) du graveur Pierre-Augustin Baudouin.
Éditeur attitré de Voltaire, en fréquents démêlés avec la police ;
embastillé temporairement en oct. 1763 pour avoir imprimé "L'Anti-financier".
En janv. 1763, Charles-Joseph Panckoucke annonce avoir succédé à son fonds
de librairie
.
Exerce principalement l'imprimerie par la suite. Décédé à Paris le 31 juillet 1787 ;
sa veuve succède à sa librairie
À partir de 1777, travaille en association avec son neveu
 et ex-apprenti François-Jean Baudouin, qui succédera à son imprimerie en 1787
 
Adresse : Paris : 1749-1787 ; Rue Saint-Jacques ; Rue (et à côté) de la Comédie-Française ;
Rue des Fossés-Saint-Germain, à côté de la Comédie-Française ;
Rue des Cordeliers, au collège de Bourgogne ;
Rue de la Harpe (, près Saint-Côme) - Au Parnasse

Lambert, Michel (1722-1787) (idref.fr)

Ce qui nous fait beaucoup plus de Desaint et de Sailland que prévu à la lecture
de la page de titre.
Quant à Lambert, pourquoi imprime-t-il pour ces deux là?
Ne sont-ils donc qu'éditeur et vendeur libraire?

Pas mal de monde connus des bibliophiles circulent autour de ces libraires: Voltaire, Nyon,
Baudouin, Panckouke ... on est dans le siècle des lumières vraiment et
des aventures éditoriales, avec les contrats conclus entre Beaumarchais, Panckouke,
Voltaire, les amis de Voltaire.

Une édition des Fables de La Fontaine en In Folio, qui me rappelle furieusement
celle sur laquelle j'ai travaillé.

LA FONTAINE (Jean de). Fables choisies. Paris, Desaint & Saillant, Durand,
1755-1759. 4 volumes in-folio (416 x 285 mm), maroquin rouge,








Il faudra aller chercher dans cette archive.
Journal de la librairie de l’inspecteur d’Hémery IHMC (ens.fr)

Et comprendre "surveiller et connaître" à Paris au XvIII ème siècle.

Recouper avec les écrits de R. Darnton et tous les autres érudits de l'histoire du livre
évoqués sur ce blog.


A suivre ...

Notre petit Horace n'a pas dit encore comment il avait été fabriqué,
reste à lui déduire une histoire en fonction de tous ces renseignements.
Pourquoi reprendre la même mise en page tout en le recomposant?
Pourquoi les ornements typographiques ne sont pas les mêmes,
que vient faire Lambert la dedans?


Toto Fouinard ... à l'aide ... :)












Horace. 3.

 Revenons à Horace.

On peut prendre chacun des éléments qui constituent la construction matérielle et intellectuelle de ce livre pour étendre dans plusieurs directions des fils de recherches et d'approfondissements.

L'imprimeur et revendeur: Desaint et Saillard, puis Desaint, tout seul, implique un changement visible sur la page de titre.
Je vous renvoie à l'article n°2.
Reliure et autres explications ... Trôo ... Restauration de livres anciens.: Des aventures éditoriales. 2 Horace. (restaurationlivreatroo.blogspot.com)

Le traducteur qui n'est pas mentionné, mais seulement indiqué par une main manuscrite à postériori: l'Abbé Batteux, dont on ne peut parler sans citer son livre sur la théorie du beau.
1746. Les beaux arts réduits a un même principe.
"L'imitation de la belle nature est la clé de l'Art"
(Ce à quoi Diderot fera une réponse contestant cette théorie jugée dépassée au siècle des Lumières.)

Dès lors, on comprend qu'il y a des liens entre écrivains et imprimeur puisque ces imprimeurs ont publié d'autres livres de cet Abbé polygraphe.

On se posera plusieurs  questions:
Qui est Desaint par rapport à Saillant?
Qui est l'Abbé Batteux?
Pourquoi le texte original est-il en face de la traduction?

Horace qui est le symbole d'études brillantes dans tout le 19ème siècle, a traversé les siècles.

De fait connaître "son Horace" est important.

Plusieurs liens pour approfondir, puisque Horace est toujours un sujet d'actualité sur le traducteur et la pertinence des traductions au 19ème siècle.
Je ne fais pas de commentaires de commentaires, ou plagiant des compte-rendu savants.
Il vous appartient de creuser si vous avez chez vous des livres de cette nature. Puisque mon exposé est fait pour vous montrer que tous les livres sont dignes d'intéret.


Ce qu'il faut noter aussi, c'est que ce fond de livres que j'ai dans l'atelier provient d'une librairie qui a été implanté à Reims, que le travail du libraire qui consiste à revendre des bibliothèques qu'il choisit et pour des clients qui le choisissent, il s'adapte à eux.
Vivant à Reims, le fond est plutôt rémois.
Vivant à Tours, le fond sera tourangeau.
On constate ainsi une sorte de pertinence profonde des habitudes de collections et de lectures, de pratique de la librairie qui laisse apparaître une érudition en creux s'ajoutant à l'érudition en surface normale pour un libraire connaissant les grandes tendances et modes de son époque.

                                                                   *

Cent ans de théorie française de la traduction - Batteux (1748) - Presses universitaires du Septentrion (openedition.org)

                                                                                 *


Sur les traductions d'Horace en France, au XIXe siècle - Persée (persee.fr)



                                                                   *

Diderot studies IV - Google Livres




                                                                    *

La Leçon de lecture. Textes de l'abbé Batteux choisis et présentés par Sonia Branca-Rosoff. Coll. « Archives du Commentaire ». 1990 - Persée (persee.fr)




A  suivre ...











samedi 11 juin 2022

Antonin ou les filles, la religion et l'amour. 2

 A suivre ...
Après avoir lavé ce joli petit livre, il fallait réparer page à page les fonds de cahiers, toutes les déchirures à la Tylose chauffée avec une spatule chauffante, du papier japon et de la pelure de soie.
Entre 9 grammes et 30 grammes selon la nature de la réparation.
C'est un peu au "jugé".
Tandis que certains fonds sont totalement déchirés, ils nécessitent un onglet au japon déchiré à l'aide d'une règle.
Les déchirures se font traditionnellement avec de la pelure suivant l'emplacement, s'il y a du texte ou non, la pelure 9 grammes est adaptée, jusque 15 grammes environ.

Vous trouverez des pochettes A4 avec plusieurs types de japon et pelures chez Jacques, les papiers de Lucas.

Echantillons (set et nuancier) - Les papiers de Lucas (les-papiers-de-lucas.com)






Voilà Antonin et consorts...







C'est un recueil factice ou plusieurs livres libertins ont été reliés ensemble.
Impossible de savoir si c'est une pratique éditoriale ou si c'est un ancêtre du possesseur qui les a fait relier ensemble.
Il faudrait vérifier sur la BNF ou tout autre site de numérisation qui possède ce livre dans son catalogue.
Chercher aussi, l'irrévérence au 19ème avec les capucins.
Je ne suis pas aller au bout de cette recherche, mais il me semble bien que c'est un sujet important en philologie.

La reliure, en piteux état, date de l'époque du livre, c'est à dire 19ème tardif et non comme indiqué par la fausse date.
De même, la ville d'impression est fausse.
Les livres soumis à la censure étaient ainsi édités sous le manteau.



Un exemple de réparations de déchirure au japon.
On verra toujours un peu par transparence, suivant la nature du papier, c'est plus ou moins discret.












Pour notre Antonin, il passe quelques jours en presse, un ébarbage léger, et une couture traditionnelle pour en refaire un livre proche de ce qu'il a été.

A suivre , Bon samedi à vous.






vendredi 10 juin 2022

Des aventures éditoriales. 2 Horace.

 Sur la base des livres de l'atelier ou de la petite librairie, nous partons à l'aventure des éditions et des imprimeurs.
Comparons déjà deux éditions ou plusieurs noms de libraires apparaissent:

1768 Chez Desaint rue du Foin
Avec une mention en fin, de l'imprimerie de Michel Lambert

1763 Chez Desaint et Saillant rue S. jean de Beauvais

Ces deux mentions nous disent déjà beaucoup sur la succession, la collaboration, l'apprentissage, entre imprimeurs libraires.

La typographie est totalement différente entre les deux exemplaires, similaires en tout point pour le texte.
Les ornements typographiques sont différents, bien qu'on sente que le plus récent ait servi de modèle.

Coté extérieur, les reliures semblent être les mêmes mais les outils de dorure, la façon dont sont placés les fleurons nous disent que ce sont deux ouvriers différents qui ont travaillés.
De même pour la "qualité" plus aboutie pour le plus récent.
Bien que le plus ancien d'un point de vue des canons de dispositions de la dorure sur le dos, les mesures sont mieux respectées. 

A votre regard, les photos:


























Afin d'aller plus en avant dans la compréhension de ces livres, il convient de comprendre pourquoi on trouve autant de livres d'Horace.
Puis de constituer les raisons de ces changements de page de titres, de typographie, de faire l'histoire de ces livres en partant des éléments matériels.
Pourquoi ces deux livres, plus ou moins courants?

Parce que justement ils sont courants, souvent négligés, délaissés et qu'il faut sauver certains de ces livres en leur redonnant une histoire compréhensible. Ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas rares qu'ils ne sont pas dignes d'intérêts.
Lit-on encore Horace à l'école?

"Horace n'est pas un raconteur d'histoires, un inventeur de fables, mais un poète humaniste avant la lettre, à la fois critique et créateur, théoricien et praticien de la poésie, auteur d'un art poétique et modèle inégalé de poésie lyrique, mais aussi satirique et épistolaire : d'une poésie à la première personne très souvent réflexive."