Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

mardi 16 décembre 2014

Bibliothèque.





































Une rubrique où trouver des ouvrages de référence pour la reliure pratique, l'histoire du livre, des techniques, du métier et des thèmes plus généraux autour du monde du livre, des romans aussi.

Commençons par un livre à avoir absolument dans sa version numérique mais encore mieux en version papier.
De nombreuses ré éditions.
Le Roret du relieur..

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2059979/f3.planchecontact



Les manuels Roret sont très célèbres et un bon aperçu des techniques de différents métiers au 19ème. Après 1850, nous avons vu que l'industrie s'empare de beaucoup de métiers et les transforme.
Le petit manuel du relieur de 1827 est encore un peu avant.
"En 1822 Nicolas-Edme Roret publie son premier catalogue de livres et crée la collection des Manuels Roret qui feront la célébrité de sa maison. L’ Encyclopédie Roret a pour ambition de donner dans un format pratique, de lecture aisée, des renseignements techniques de qualité puisque les ouvrages sont réalisés par des professionnels. Chaque ouvrage regroupe les connaissances jugées utiles sur le sujet avec de nombreuses illustrations et détails techniques, souvent un atlas ou des planches dépliantes illustrées. Moins célèbre que celle de d’Alembert et Diderot, éditée de 1751 à 1772.
Le nombre de manuels augmente régulièrement chaque année.
La production de titres passe en effet de 10 entre 1821-1824 à 170 entre 1830-1839.
À la mort du fondateur, en 1860, son fils Edme maintient la collection et garde les principes édictés par son père en respectant particulièrement trois données précises : format – couverture couleur paille – griffe sur la page de garde contre les imitations.
Il donne un essor conséquent à l’Encyclopédie Roret en augmentant toujours les sujets abordés et en leur assurant la plus large diffusion possible.
A la fin du siècle, le catalogue Roret compte 300 titres environ.
Les derniers ouvrages paraissent en 1939.
Le catalogue compte alors plus de 400 titres et environ 560 thèmes traités.
Au cours des années 1970-1980, de nombreuses rééditions, plus d’une centaine de titres, ont vu le jour à la librairie Léonce Laget à Paris.
La maison d’édition Inter-Livre réédite dans la décennie 1990 une vingtaine de manuels.
Aujourd’hui les éditions Emotions primitives, situées près de Grenoble, rééditent aussi une vingtaine de manuels."
 
 

vendredi 5 décembre 2014

Coudre

Kant. métaphysique du droit. "Qu'est qu'un livre?"
Coudre votre livre est une joie infinie: Vous réalisez que ces pages éparpillées vont former cet objet particulier qui nous accompagne depuis la nuit des temps .... Depuis votre enfance.
Roger Chartier, dans son cycle de conférences accessibles là, dans l'onglet sur le côté audios/vidéos, parle de la matérialité du livre indissociable de l'esprit du texte, qui existe, ce texte, (non sans parfois avoir été corrompu d'où la nécessité d'en préciser les droits de l'auteur, Kant, opus mecanicum),
(dans Google, cliquez sur "tout afficher".)



Ce texte qui existe par le travail des artisans des métiers du livre qui lui font sa dimension d'objet.

Choisir le bon fil, est primordial, nous l'avons vu dans le post précèdent "le choix du fil" .
Choisir le matériau sur lequel vont être cousus vos livres aussi.
A travers les temps, les nerfs ne sont pas tous constitués par la même matière.
Le cousoir date environ du 12ème siècle.
Première image connue de cet objet façonné par les moines:


Source:
https://www.staatsbibliothek-bamberg.de/index.php?id=1491




 
Source:
https://bibliomab.wordpress.com/2010/11/04/restauration-des-manuscrits-et-des-livres-anciens-par-claude-adam/



Dans le livre de Adam Claude, vous trouvez en fin de livre des caractéristiques par siècle:
Du 8ème au 11ème, la couture est sur double nerfs de chanvre ou de cuir avec l'ais comme base de cousoir.
Du 12ème au 13ème, la couture se fait sur nerfs fendus ou roulés, avec des nerfs supérieurs à 5.
Invention du cousoir.
Du 14ème au 15ème, sur des nerfs en septains (ficelle de chanvre à sept brins), couture à chevrons sur double nerfs.
Au 16ème, on retrouve bien sûr des caractéristiques des siècles passés, la couture se fait en chevron sur des lanières de cuir mégissé ou de porcs. Je ne parlerai pas des livres dits
"alla greca".
Un autre article sera l'objet de ces reliures particulières. Il s'agit de l'apparition des grecques.

Au 17ème, les techniques de coutures se complexifient. On trouve des coutures sur nerfs torsadés, à chevrons, sur septain pour les reliures de luxe. La demi reliure apparait sur double nerfs ou nerfs simples, dans la deuxième moitié du siècle.

Au 18ème, même chose, une généralisation de la technique des grecques sans que la tranchefile, qui fait la caractéristique des reliures "alla greca" ne déborde, prise dans les ais en bois, (le carton apparaissant au 16ème avec utilisation des ais en bois qui perdurent un peu puis disparaissent). Les dos sont dits longs.

Cette caractéristique donne une autre esthétique au dos: plus de nerfs débordants. Le décor en dorure change aussi.

Au 19ème c'est l'apparition du ruban.
C'est durant ce siècle que la technique change. Les reliures sont devenues des produits de consommation presque courante, avec des couts de fabrication qui doivent toujours baisser. La chimie introduite dans tous les domaines à partir de environ 1850,  et dont nous subissons les dommages et les complexités dans l'analyse et l'expertise des projets de restauration  aujourd'hui .....
production de masse ... traitement de masse aujourd'hui pour traiter la mémoire du 19ème et du 20ème.
C'est l'époque des reliures romantiques, des livres rouges en percaline, des grandes maisons d'édition. (La production de masse, la diffusion, la lecture.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1999_num_126_1_3280)





 
 
 
La couture sur rubans est utile pour les livres contemporains, plus rapide, adaptée aux machines à coudre de l'industrie de la reliure ...



Les livres s'ouvrent bien à plat, peuvent se passer de la passure en carton, puisque la course aux couts faibles fait simplifier toute la chaine de fabrication du livre.
Il faut bien séparer le métier que je fais et celui de relieur au 20ème.
L'emboitage caractérise ces reliures contemporaines, les "beaux livres" d'Art et beaucoup de nos livres. Les colles fortes en permettent la solidité.
 
 
Source:
http://www.franceculture.fr/oeuvre-l-argent-et-les-lettres-histoire-du-capitalisme-d-edition-1880-1920-de-jean-yves-mollier



La couture sur ficelles est, traditionnellement, en regard de cette hiérarchie artificielle appliquée à la fabrication artisanale des livres, pour les livres en cuir, dite de luxe.
Mais là encore qu'est-ce que le luxe, quand les matériaux ont aussi subi de la dépréciation et de la baisse de qualité face à ces couts à abaisser pour la fabrication et la productivité .... ?

La finition reste le seul luxe aujourd'hui avec multitudes de contraintes techniques que ne connaissaient pas nos ainés.
Il y avait certes des matériaux de différentes qualités et des périodes de pénurie ont existé, (les révolutions, Bradel, les guerres, les privations).
























 
 
 

La couture à cahiers sautés est une technique qui permet, quand les contraintes du livre sont telles qu'on ne peut éviter de le faire monter trop,  de ne coudre qu'un cahier sur deux ou sur trois en les solidarisant de façon partielle sur la totalité de la couture.
Utilisée dans les ateliers depuis toujours, c'est aussi une façon de ne coudre qu'avec un seul type de fil: économique pour l'artisan.
 
 
 
 



















Schéma d'une couture normale.
J'ai malheureusement égaré la source de ce document.

Source égarée.
Schéma d'une couture à cahiers sautés