Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

dimanche 19 juin 2016

Edouard Dentu éditeur. 2

En partant de la lecture du chapitre 11 d'un livre de Jean Yves Mollier sur le capitalisme de l'édition compris entre 1880 et 1920, voici ce que je peux dire et comprendre des livres de la collection d'Edouard Dentu, ces petits livres populaires en petits formats.

Mais avant cela, on doit comprendre qu'il nait au moment de la révolution de Juillet 1830, le 21 Octobre 1830, qu'il est issu d'une famille de royalistes, le grand père, polémiste, son père toujours royaliste, mais plus au fait de la nouveauté, des modes, ira en prison pour des écrits politiques non autorisés. Ce petit monde est l'ami de la droite libérale de l'époque, défenseur de Polignac qui provoque la Révolution en 1830, successeur de Martignac, des hommes politiques souhaitant rétablir une monarchie autoritaire, voire absolue.
La librairie de Dentu père devient une boite à lettres des monarchistes les plus convaincus.

http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/monarchie_de_Juillet/126252
Il publie pour le parti des légitimistes.

Les henriquinquistes ... Les partisans de « Henri V », qui contestent la légitimité de l'accession au trône de Louis-Philippe. "Les « vrais » légitimistes considèrent que Charles X est toujours roi et que son abdication est nulle, Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur." (Source Wiki.)

C'est dans ce contexte de condamnation et de visite mensuelle à la prison de Sainte Pélagie, avec le préfet Gisquet, que la librairie des Dentu, située rue des petits augustins et galeries de bois au Palais-Royal pour la boutique, puis en 1841, pour l'imprimerie, rue des beaux Arts, puis rue de Buci (à Paris), survit aux événements politiques, en gardant au chaud la clientèle construite par son père et son grand père.

Ah, la police, elle fait toujours parler d'elle.
http://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1964_num_1_1_4876
Pour ce qui est de la droite en France, on remonte là:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Droites_en_France
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111769b







 
https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=hvd.hnxgjn;view=2up;seq=4












 
https://books.google.fr/books?id=CLKnBgAAQBAJ&pg=PT319&lpg=PT319&dq=La+brochure+le+pape+
et+le+congr%C3%A8s+du+Vicomte+de+la+Gu%C3%A9ronni%C3%A8re&source=bl&ots=9-ghrPd7ea&sig=QM_ul8g0xMEtZY9
azruIB88vVIk&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwilguCMk7TNAhWKXhoKHTHaA
8MQ6AEIKzAE#v=onepage&q&f=false
Et pour comprendre encore un peu plus: un article de Michel Winock, (Entre novembre 2014 et octobre 2015, il co-préside avec le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone la Mission sur l'avenir des institutions dite mission Bartolone-Winock, qui dans un rapport fait 17 propositions pour réformer les institutions de la Cinquième République) Source Wiki.

http://www.histoire.presse.fr/livres/les-classiques/les-droites-en-france-de-rene-remond-01-12-2010-8732













Edouard Dentu, surnommé "le gros Dentu" est toujours henriquinquiste en bon fils à son père et son grand père, il conserve donc sa clientèle et travaille d'arrache-pied sans que les chiffres soient clairement connus quant à la quantité de livres publiés en 12 ans. Cela fait partie de sa légende. Investisseur, collectionneur, homme d'affaires, homme de goût et bon vivant, il profita pleinement de sa condition et de ses acquis familiaux sans voir que l'époque devenait libérale et que l'entreprise nécessite, pour devenir grande, d'autres stratégies plus en avance sur son temps et ses idées politiques un peu dépassées. C'est une équipe qui dirige et non plus un homme, seul, régnant sur un empire.

Et là, on commence à cerner le personnage qui semble jovial, fantaisiste, non conscient de la richesse et du succès qu'il aurait pu avoir encore s'il avait exploité tous les auteurs et titres de son fond de commerce, donnant une solidité pour sa maison depuis 3 générations. S'il avait su s'entourer....
Je le sens presque à bout de souffle, ce fils Dentu, de devoir faire vivre sa famille, honorer ses contrats et dettes et répondre de ses opinions peu en odeur de sainteté en 1850, date à laquelle il obtient le brevet d'éditeur libraire, le 11 Novembre exactement.
On dit aussi, le grand père construit, le père consolide et le fils dépense ... A priori facile mais que je ne peux m'empêcher de penser cela.

Jean Yves Mollier explique que Dentu ne publia que 36 auteurs et conserva en dépôt des ouvrages de 68 de ces confrères. "de plus en plus libraire dépositaire et de moins en moins éditeur authentique à la fin de son existence."
Il faut aussi penser que le scandale devient très vite politique et dramatique dans la vie des éditeurs en ce milieu de siècle: Le scandale de la Vie de Jésus de Renan. 1863.


C'est un sCandâââââle!
( ça ne vous rappelle rien ! ;) )


https://www.cairn.info/revue-mil-neuf-cent-2007-1-page-61.htm

Et c'est aussi une raison de publier réactions et de faire succès éphémères mais qui permet de gagner de l'argent. Dentu s'en fera spécialiste et gagnera, "avec des pamphlets politiques ou religieux des écrits du jour", beaucoup d'argent.

"La brochure le pape et le congrès du Vicomte de la Guéronnière, porte plume attitré de l'empereur se serait enlevait à 500000 exemplaires en 1859/1860". #Belle opération

Ces mêmes années, il devint libraire officiel de la société des gens de lettres.
Voir les documents scannés là.

La collection des romans populaires peut se faire connaître ainsi par synergie entre tous ces gens.
Des droits sont donnés, un cadre pour les écrivains qui n'ont aucun droits et dont les écrits sont repris dans les journaux de l'époque.

On comprend que le caractère fin et rusé, porté à la conciliation plutôt qu'à la dépense inutile lui permet de faire ce qu'il aime: découvrir de jeunes romanciers.


Entre 1884 et 1885, c'est la fin de la librairie Dentu, la veuve Dentu est en affaire avec .... 916 libraires et 102164 F sont dû. Le recouvrement est dit certain.




Source: L'Argent et les lettres: Le capitalisme d'édition (1880-1920) Par Jean-Yves Mollier





C'est un homme d'affaires avisé qui se sert de son époque de nouvelles prospérités: public fortuné de France et 90 dépôts dans 35 ports, villes portuaires, balnéaires.
A son décès, en 1884, Mme Veuve Dentu tient la boutique pendant 5 ans.
En 1890 Curel et Gougis, deux associés gèrent pour elle et font faillite en 1895.
La Librairie Dentu devient en 1896 une société en nom collectif, "Curel et Fayard frères", qui en 1950, s'intégrera dans le groupe Hachette.

Je vous conseille vivement la lecture de ce livre qui éclaire beaucoup notre métier en face de toutes ces publications nouvelles de romans populaires ou non, d'essais polémiques, d'ouvrages qu'on peine à comprendre si on ne pose pas les bases du contexte politique, social et humain de la fin du 19ème dans les métiers de l'imprimerie et de la librairie.

Dentu reste un polémiste et Pierrot et sa conscience se lit autrement à la lumière de cette enquête qui resterait encore à approfondir.
Savoir comment se faisaient les contrats entre éditeur libraire, par exemple?
Je t'imprime celui là qui est plus dans ta ligne idéologique et polémique et tu me vends cette autre là qui est plus léger?
Le relieur lui .... est toujours la 5ème roue du carrosse de la charrette.
Ce n'est pas nouveau ... ^^
Et les matériaux .... n'en parlons pas! ^^
Bon dimanche!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.
Adhérez au blog pour les éditer!
Les commentaires anonymes sont supprimés, je ne donne pas de prix par mail anonyme, ni ne fait de devis!
Vous trouvez mes coordonnées là:
http://www.restaurationlivreatroo.fr/

Améliorations, suggestions interrogations, je réponds !