Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

lundi 30 avril 2018

Nettoyer, Réparer, plier et couper le cahier de gardes blanches.

 
Chaque livre demande un traitement personnalisé en fonction de son état, son époque, le choix de la reliure de conservation, de restauration ou de création ...
 
 
Pour que le brochage tienne, les brocheurs, imprimeurs ont encollé le dos à la colle de poisson pour le 19ème et le début 20ème, à la colle vinylique le plus souvent pour le 20 ème et le 21ème siècle.
Retirer cette colle fait des dégâts.
Il faut alors réparer les fonds de cahiers, les déchirures.
Les livres dont le papier est fait de bois et de lignine plus que de chiffon sont devenus très cassants.

Voici donc les photos du travail du début de plaçure.
Etonnant de trouver là la définition d'un terme qui n'est pas ancien et qui est un terme d'imprimerie du 20 ème siècle.

Parfois le papier est devenu trop fragile pour intervenir. Il faut renoncer à travailler sur un livre dont le papier est trop cuit.

Il existe aussi d'autres façons de réparer le papier qui sont impossibles à mettre en place dans un très petit atelier en raison du coût de l'investissement de départ:

Ils existent plusieurs façons de réparer le papier. Ce document date de 1989.  Remplace un autre de 1973.
Il y a depuis 2009 un autre document qui reprend les thèmes principaux et ajoute en fonction de recherches plus récentes, des réserves sur l'utilisation de certains produits, s'étant révélés plus nocifs qu'efficaces voir inefficaces.

"5.1.9 Comblage par repulpage. Cette méthode de réparation consiste à fabriquer du papier neuf pour combler les trous du document d'origine. Celui-ci est placé su' un tamis fin puis plongé dans une eau additionnée d'une suspension de cellulose (habituellement composée de bourres de coton). On soulève le tamis pour que l'eau s'écoule par les trous du document et la suspension (qui sèche et forme le nouveau papier), retenue par le tamis, vient combler les trous. Il existe diverses machines de comblage par repulpage, des petites machines manuelles aux grandes machines automatiques qui parfois même fonctionnent en continu. Toutefois, ce procédé quand il est utilisé seul présente l'inconvénient de combler uniquement les trous; il ne permet pas de réparer les déchirures ni de renforcer les papiers fragiles (bien qu'on puisse procéder à l'encollage parallèlement au comblage). Il peut donc être nécessaire de soumettre les documents à un autre traitement - par exemple la lamination ou l'encapsulation afin de pouvoir les manipuler sans risque. En outre, étant donné qu'il s'agit d'un procédé en phase humide, on ne peut y recourir que lorsque les encres et les pigments ne sont pas solubles dans l'eau. Cela dit, il peut très bien être associé à la technique de désacidification en milieux aqueux. Une très grande habileté, une longue expérience et une évaluation précise de l'étendue du dommage et du volume nécessaire de cellulose en solution (cette évaluation peut être effectuée à l'aide d'appareils de détection ou manuellement; elle est plus facile à réaliser lorsqu'il s'agit de réparer des pages de livre et des documents en papier de même dimension) sont nécessaires pour obtenir de bons résultats (c'est-à-dire un papier de remplacement ayant exactement la même épaisseur que celui du document). Aussi, même avec les coûteuses machines fonctionnant en continu, la productivité du travail ne peut-elle être très élevée"

Source:
http://www.unesco.org/webworld/ramp/html/r8904f/r8904f06.htm

"il ne permet pas de réparer les déchirures ni de renforcer les papiers fragiles (bien qu'on puisse procéder à l'encollage parallèlement au comblage). Il peut donc être nécessaire de soumettre les documents à un autre traitement"Cette phrase dit bien que la seule façon de réparer le papier déchiré est manuelle.

Le papier qu'on a mouillé est plus grand et on change ainsi le format initial.
La seule façon de la retrouver est de couper sur les 3 tranches:
On risque aussi de couper du texte, quelque chose de très dommageable, la perte de texte et d'informations.
Ainsi tout est une question d'équilibre entre le résultat, les dommages existants et jusqu'où est-on prêt à aller pour obtenir quel résultat?
Intervenir le moins possible tant que l'intégrité du document n'est pas menacé est une règle.
Laver un livre parce qu'il est taché ... est une mauvaise raison.
Savoir ce qu'est la tâche et la traiter en fonction du résultat est une démarche essentielle.

 






















Au début et à la fin de chaque livre relié, il y a un cahier de un jusqu'à 3 feuillets de papier blanc ou en couleur selon l'esthétique globale du livre, couleur du papier du livre, des matériaux utilisés pour la reliure, neutre, dit "papier de garde".




Respecter le sens du papier est un impératif en raison des contraintes de collage et de tension, de déformation, entre papiers.




Petits frisotis: veut dire que le sens d'allongement du papier humidifié se fait horizontalement. C'est à prendre en compte quand on prend une dimension, un peu comme le fil du bois.






Grande vague: veut dire que le sens du papier lors de l'humidification se fait horizontalement.




Débrochage.








































































































































































































































































Chaque livre demande un traitement personnalisé en fonction de son état, son époque, le choix de la reliure de conservation, de restauration ou de création ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.
Adhérez au blog pour les éditer!
Les commentaires anonymes sont supprimés, je ne donne pas de prix par mail anonyme, ni ne fait de devis!
Vous trouvez mes coordonnées là:
http://www.restaurationlivreatroo.fr/

Améliorations, suggestions interrogations, je réponds !