Tout en bas du blog, déroulez, déroulez vous avez les étapes de la reliure, reliées aux articles qui leur correspondent, en cliquant sur ces liens hyper-texte.

lundi 19 septembre 2016

Mise en suspens du blog.

Il est bien utile ce blog, pour moi comme pour vous.

Un lien, un endroit qui, virtuellement, prouve que j'ai existé, à jamais enfermée dans les serveurs géants de Google, Facebook et autres géants aux mains pleines et maladroites.

Je le laisse vivre sa vie en espérant qu'il devienne et reste une référence sur ce métier qui n'existe plus réellement sous la forme que je le pratique, de façon viable, depuis 1970.

Lorsque je rencontrais Alain Lobstein, je ne savais pas dans quel milieu j'entrais ...

C'est en 98, le rencontrant chez une autre relieuse en Bretagne, Anne Vion, elle-même formée à l'Ucad par Alain L. , formé lui chez  Georges Cretté,  puis créant l’atelier de Saulnier, puis en 1969 avec Jacques Ardouin, la société Reliural et enfin en 1977 avec un nouvel associé, Jean-Paul Laurenchet, qui remplaça le précédent parti fonder son propre atelier ...

Donc je débutai durant 6 mois à peine, chez Alain  9 rue Félix Faure, dans un semblant d'atelier qui allait prendre forme, aidé d'un Monsieur dont je ne me souviens plus le nom, qui remit aussi bien sur pied l'électricité que les murs, le gros œuvre, tout en fait, en état de marche.

Le relieur émérite se chargeait de reconstruire un atelier avec des bouts de meubles et de bois, qui soit pratique. Un peu de ses anciens ateliers, celui que je n'ai pas connu, 15 rue Félix Faure, des pièces de Marius Michel, des fleurons, de corps d'ouvrage et des tas de livres en suspens ...

Très formateur, un homme d'argent, un bel artisan aux relations, dans le milieu de la bibliophilie d'alors, qui ne me remarquaient pas ou à peine ... la fille de 50 kilos au balai et au café.
Une nouvelle petite main qui ne ferait que passer ...

18 ans après, j'ai fait mon chemin, loin de Paris, difficilement mais fructueusement.

Depuis 4 à 5 ans, le monde du livre ancien décline au niveau où je le pratique, les nouveaux et nouvelles relieur(e)s, formé(e)s en peu de temps, avec des objectifs, qu'on sait inatteignables, comme on a travaillé comme je le fais ... presque toujours pour la gloire, un peu pour alimenter les charges et se ruinant par ailleurs la santé et les plans d'épargne retraite, ne peuvent pas passer au delà de un ou deux ans en raison de l'absence de travail.
( Ou alors Papa a des sous ... ce qui n'est pas un mal si c'est pour préserver ce pan de patrimoine.)

Dès qu'il y a du travail, un peu trop pour un tout seul, il n'y en a pas assez pour un apprenti dont on sait ce que l'administration et Bercy en profiterons pour nous ruiner un peu plus. Tout cela n'est pas viable.

Le niveau de culture générale déjà très bas, dont je puis vous dire qu'aujourd'hui il me faut des tonnes de ressources et de curiosités pour dépasser le lamentable cursus scolaire de notre génération ... 66 ... pas année sexy du tout .... dont nous fûmes gratifiées par tous ces ministres aussi incompétents, que eux même bien structurés pour nous déstructurer, ce niveau de culture n'est pas prés de remonter si on balance les livres ou on ne donne pas le temps nécessaire à l'apprentissage et à la digestion et la mise en pratique de ces métiers à savoir-faire rares: c'est à dire entre 20 et 30 ans pour être au top.

Il faut maintenant avoir deux, trois emplois d'esclaves pour arriver à vivre ... c'est la mort de nos métiers, la dispersion assurée.

Le numérique, cet entonnoir à vents et pets tonitruants, parfois nauséabonds, réplique la bêtise de ceux qui croit les livres figés et inutiles.
Bien sûr que c'est inutile de lire et d'avoir des livres, dans le sens le plus noble du terme: il n'y a pas de profit à court terme mais  des bénéfices à long terme, humains d'abord et humains ensuite.
Pécuniers en dernier.
Et j'en ai rien à fiche d'être ou de ne pas être à la mode, de ne pas être aimable.

Même fermés et immobiles presque invisibles, ce sont nos meilleurs compagnons, les repères d'une vie passée et à venir, quand on daigne les ouvrir au présent, ils nous renseignent sur notre capacité à comprendre que la modernité existe depuis bien avant nous. Ils nous aident à nous projeter.

Encore faut-il prendre conscience de ce patrimoine, du profit qu'il y a, aurait à travailler de concert avec les libraires, les bibliophiles désireux de lire et de sauver des livres, de leur rendre une vie honnête et aussi les éditeurs, de ne pas sans arrêt rééditer des exemplaires qui feront double emploi.

Je laisse donc ce blog qu'il vous appartient de faire vivre et de vous en servir comme un aide-mémoire. Il n'est pas parfait, les livres présentés en exemple sont le choix de mes clients, ou les miens, et à valeur didactique.

Mais RIEN ne remplace la pratique car chaque livre est le regroupement de tellement de paramètres qu'il n'en existe aucun de pareil.
Refaire est souvent le lot au début.

Tout en bas du blog, chaque étape est reprise et expliquée dans les termes de la reliure et non un pseudo mélange de termes sortis de l'imprimerie de la librairie et de l'édition.
Un métier tel que le mien existe parce que chaque mot est vivant.
Vous êtes priés de bien utiliser les mots pour ce qu'ils désignent précisément dans l'atelier.


Je laisse donc ce blog aux bons soins des futurs relieurs qui voudront être professionnels en étant dans l'exigence permanente et la recherche de la précision, de la finessede la culture et du savoir de ce métier et des livres.Il ne supportera pas la dilution, la novlangue et autres conneries d'innovations et de nouveautés pour être à la mode, bougres de crétins de politiques et de médias.
Et s'il existe un seul intégrisme sur terre, c'est bien celui que l'on doit aux faiseurs de livres.


Traité historique des plus belles bibliothèques de l'Europe, Par Sieur Le Gallois. M. DC. LXXX.


Bon vent et bonne navigation.
Bien à vous,
Sandrine.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.
Adhérez au blog pour les éditer!
Les commentaires anonymes sont supprimés, je ne donne pas de prix par mail anonyme, ni ne fait de devis!
Vous trouvez mes coordonnées là:
http://www.restaurationlivreatroo.fr/

Améliorations, suggestions interrogations, je réponds !